Trois questions sur la nouvelle norme téléalarme EN 81-28:2018

Où en est la parution et l’application de la nouvelle norme EN 81-28:2018 ?

La norme 81-28:2018 est déjà une réalité puisque le texte est définitif est publié par le CEN (Comité Européen Normalisation). Sa date de publication au journal officiel de l’UE (JOUE) et donc son début d’application est prévu pour octobre 2018. Avec une date butoir d’application fixée au 31 mai 2020. D’octobre 2018 au 31 mai 2020, l’ancienne norme EN 81-28:2003 et la nouvelle norme EN 81-28:2018 coexisteront, l’application de la nouvelle norme correspondra à une bonne pratique. A partir du 1er juin 2020, seule la norme EN 81-28:2018 donnera présomption de conformité à la norme ascenseur de référence : l’EN 81-20:2014.

 

Quelles sont les différences notoires entre l’ancienne et la nouvelle norme EN 81-28 ?

ANEP en voit principalement trois dont deux sont liées au test cyclique (article 4.2.1).

Le premier changement majeur sera visible des usagers en cas de défaillance d’un test cyclique, les pictogrammes jaune et vert devront clignoter alternativement (une seconde chacun) pour informer l’usager de cette défaillance de test cyclique. Cette défaillance sera détectée par le centre d’appel comme c’est le cas aujourd’hui.

Le second changement est lié à une précision importante quant au mode de transmission du test cyclique.  Celui-ci doit impérativement utiliser le même canal de communication que celui utilisé pour la phonie bidirectionnelle. Plus précisément, les solutions dites « hybrides » qui utilisent deux canaux de communication différents, telles que le GPRS, ne seront plus à la norme téléalarme EN 81-28 à partir de juin 2020, du moins en ce qui concerne le test cyclique, et ne correspondront plus à une bonne pratique dès la fin 2018.

Extrait EN 81-28:2018
« 4.2.1 Disponibilité/fiabilité
Pour des raisons de test, l’équipement d’alarme doit automatiquement simuler un signal d’entrée d’alarme (test automatique) et établir la connexion ainsi obtenue – à l’aide de moyens de connexions/liaisons identiques à ceux utilisés pour une alarme – vers l’équipement de réception, aux intervalles de temps convenus avec le propriétaire de l’installation, mais au moins tous les 3 jours.
Les symboles graphiques décrits en 4.1.5 clignotant par intermittence (1 seconde allumé, 1 seconde éteint) doivent signaler une défaillance du test automatique au plus tard une heure après le dernier test automatique échoué jusqu’à la liaison réussie suivante. »

 

Afin de pouvoir effectuer des tests manuels du système de demande de secours, le filtrage d’alarme doit être court‐circuité lorsque la pression sur le bouton d’alarme est maintenue pendant une durée configurable ne dépassant pas 30 secondes.

 

Le troisième changement majeur concerne l’article 4.1.4 lié à l’alimentation électrique de secours.

 

La défaillance de l’alimentation électrique de secours doit, selon la norme EN 81-28:2018, être signalée auprès de l’installation. Le technicien sur site doit être en mesure de savoir si l’alimentation électrique de secours possède une autonomie minimum d’au moins une heure. Là encore cette information est doublée, comme aujourd’hui, d’un envoi d’information au centre d’appel.

 

Extrait EN 81-28:2018
« 4.1.4 Alimentation électrique de secours
Aucune alarme ne doit être entravée ou perdue, même dans le cas d’une commutation d’alimentation électrique ou de perte d’alimentation électrique.
Lorsqu’une alimentation électrique de secours est utilisée, des moyens doivent être fournis pour informer automatiquement le service d’intervention et signaler, auprès de l’installation, la défaillance de l’alimentation électrique de secours. »

 

Qu’a mis en œuvre ANEP par rapport à cette nouvelle norme ?

Notre nouvelle alimentation électrique de secours est déjà commercialisée, il s’agit de l’Alim Control II, avec un signal visuel pour indiquer la défaillance de l’alimentation de secours. Nous en avons profité pour mettre en œuvre une alimentation plus puissante que la précédente, sans surcoût pour le client. Les clignotements des pictogrammes sont développés via une mise à jour du logiciel de notre BOX TA. Nous sommes en phase de prototypes et l’ANEP BOX TA modifiée sera prête à être commercialisée dès parution de la nouvelle norme au journal officiel, là encore sans surcoût pour nos clients.

Enfin nous cantonnons l’usage du GPRS aux seuls dispositifs de télésurveillance et nous continuons de commercialiser les passerelles GSM pour les téléalarmes. Celles-ci utilisent le canal voix pour la phonie bidirectionnelle comme pour les tests cycliques.  Cela nous permet de rester conforme à la norme EN 81-28 sur le long terme.

Une réponse sur “Trois questions sur la nouvelle norme téléalarme EN 81-28:2018”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *